Changes One/Changes Two (1974)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Changes One/Changes Two (1974)

Message par Norbert le 27.07.10 15:32

[

Charles Mingus :Changes One & Two

Charles Mingus :bass
George Adams :tenor sax,vocal on « Devil Blues »
Jack Walrath:trumpet
Don Pullen:piano
Dannie Richmond:drums
Atlantic Studios Recording.New-York.27,28 & 30.12.1974

Nous avons choisi de regrouper dans un même sujet la totalité des séances qui ont données matière à deux 33t puis deux cd Rhino,ces deux albums s’inscrivant dans la même logique musicale .

Ces séances marquent pour Mingus un retour au plus au niveau de la création musicale et de l’inspiration qui semblaient l’avoir fuit depuis la fin des années 60 où il apparaissait épuisé et vidé par des difficultés matérielles et sociales.Aprés un premier retour en 71 avec la sortie de sa sulfureuse autobiographie "Moins qu’un Chien (Beneath the Underdog),censurée en France à sa sortie en 73 ! ",Mingus rassemble un orchestre de tout premier ordre autour du fidèle Dannie Richmond, qui formera le meilleur groupe de la dernière période de Mingus et certainement le plus créatif  depuis celui formé avec Dolphy en 1964.En effet,après deux années de séances « alimentaires »pop-rock,Dannie est de retour chez Mingus.En janvier 74,des retrouvailles ont eut lieu pour un concert exceptionnel au Carnegie Hall pour y jouer des thèmes d’Ellington et jammer avec Roland Kirk,Jon Faddis et d’autres …Mais là ,retour au studio,Mingus est de nouveau en verve,des compositions toutes neuves sous le bras et de nouveaux musiciens pour les servir…

Changes One :

1)Remember Rockefeller At Attica :comme souvent chez Mingus,le titre du morceau est donné une fois la composition écrite. "Je donne des titres à mes morceaux en voulant faire réfléchir les gens.Et là ,on doit se rappeler que Rockeffeller est un homme dangereux ". On sait depuis les fameuses « Fables Of Faubus » que Mingus est un témoin engagé de son temps  et exprime toute sa rage et sa révolte dans sa musique.Il fait ici directement références aux émeutes de la prison d’Attica à New-York en septembre 71,à la suite du décès de l’activiste Noir George Jackson à San Quentin en août,battu à mort par ses gardiens.Ces émeutes ont été réprimées dans le sang par le gouverneur de l’état, Nelson Rockeffeler ,faisant 39 victimes parmi les détenus.Pour Mingus,le combat depuis les Fables n’a pas cesser et ce titre est là pour nous le rappeler,comme un lointain écho.

2)Sue’s Changes :une des plus belles ballades écrites par Mingus,en hommage à Sue Graham éditrice du magazine littéraire "Changes "qui allait devenir madame Mingus.Derriére la complexité de l’écriture,on retrouve la capacité du contrebassiste d’obtenir le meilleur de ses sidemen,il suffit d’écouter ici le superbe solo de George Adams pour s’en convaincre.

3)Devil blues :George Adams encore  à l’honneur ici mais en temps que chanteur  sur des paroles écrites par Gate Mouth Brown !Il compense magnifiquement ses déficiences vocales par une énergie et un groove imparable !

4)Duke Ellington’s Sound Of Love :très affecté par le décès du Duke survenu six mois auparavant,Mingus dont on sait toute l’admiration qu’il avait pour Ellington,lui rend hommage avec cette composition,à mon sens ,la plus émouvante et respectueuse qui soit.Don Pullen est gigantesque dans son solo et que dire de George Adams sonnant à la façon de Ben Webster pour exprimer son amour au Duke !L’accompagnement de Mingus tout au long du morceau est grandiose et Dannie Richmond nous prouve qu’aux balais,il fait partie des plus grands.Le sommet étant atteint lorsque Mingus transforme son solo en véritable déclaration d’amour  à Ellington !

Change Two :

1)Free Cell Block F ,’Tis Nazi U.S.A:comme toujours témoin de son temps,Mingus intitule cette composition ainsi après avoir lu dans “Ebony”un article sur les couloirs de la mort dans les prisons du sud des Etats-Unis.Ce morceau met spécialement en valeur Don Pullen qui raconte ainsi son passage chez Mingus:”Je suis resté un peu plus de 3 ans  dans cet orchestre,mais j’en ai eu assez…dès le premier mois!Mais enfin,je suis resté.Il y avait des hauts et des bas.Quoi que je puisse ressentir sur scène,j’essaye cependant toujours d’apporter avec moi de bonnes vibrations pour la musique et je laisse au vestiaire mes sentiments personnels vis-à-vis des autres musiciens.J’ai donc pris beaucoup de plaisir à chaque fois que j’ai joué avec cet orchestre »

2)Orange Was The Colour Of Her Dress Then Silk Blue:ce long et fascinant kaleidoscope musical à une histoire de plus de 15 ans! »C’est l’histoire d’une fille riche qui s’imagine être tombée amoureuse d’un pianiste,explique Mingus.Elle aimait le défier et donc elle s’acheta une robe orange et lui demanda d’ecrire une chanson à ce sujet en pensant que personne ne pourrait trouver une rime avec orange »On retrouve également ici l’influence de la musique hispanique qui hante Mingus depuis la fin des années 50(cf « Tijuana Moods »).

3)Black Bats &Poles :Don Pullen réussit ici l’exploit de combiner toutes les gammes du pianiste classique et du pianiste d’avant-garde,sur un thème d’une étonnante modernité, soutenu tout du long par la complicité rythmique de Mingus et Richmond.

4)Duke Ellington’s Sound Of Love :une version chantée par Jackie Paris de ce titre présent sur « Changes One » sur des textes signés Mingus.

5)For Harry Carney :Carney était un saxophoniste baryton,membre de l’orchestre de Duke Ellington qui a inspirer tout les barytons(Mulligan en tête) de son époque par la limpidité de son phrasé et sa finesse.Il est mort 2 mois avant l’entrée en studio de Mingus pour ces séances .Ce titre écrit par Sy Johnson reflète bien la personnalité de Carney :brillant,affectueux et discipliné !


Ces deux albums nous permettent d’entendre un des orchestres les plus intéressant de cette époque(1974),servi magnifiquement par des compositions qui demeurent des classiques de l’œuvre mingusienne.L’histoire raconte que tout fut enregistré en une seule prise…La qualité de l’œuvre restituée ici peut nous le laisser penser tant la musique de ces deux albums nous parait originale,inspirée,vivante et toujours actuelle.A ranger à côté des classiques du Mingus des années 60,certains titres me semblant même supérieurs par leur maturité et leur modernité.
Laissons Mingus conclure :"Etre moins qu’un chien,c’est être Noir et musicien de jazz dans une Amérique blanche qui ne quitte l’indifférence ou le mépris de la communauté noire que pour piller ses valeurs culturelles(…).Ma musique est vivante,elle parle de la vie et de la mort,du bien et du mal.Elle est colère.Elle est réelle parce qu’elle sait être colère… ».


Dernière édition par Norbert le 01.11.13 20:49, édité 1 fois
avatar
Norbert

Messages : 6025
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 52
Localisation : alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Changes One/Changes Two (1974)

Message par Norbert le 02.08.10 22:25

avatar
Norbert

Messages : 6025
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 52
Localisation : alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum