Tigran, à pas de géant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tigran, à pas de géant

Message par Norbert le 24.01.11 22:49

Je reproduis ci-aprés un article du site Qobuz sur Tigran Hamasyan,jeune pianiste tout à fait remarquable que j'apprecie beaucoup et que je vous invite à écouter incessement sous peu...

Disponible le 31 janvier, A Fable, son premier album pour le prestigieux label de Verve sous le bras, Tigran Hamasyan se promènera sur les routes de France à compter du mois de mars : le 17 mars à Montbrison, le 18 mars au Plus Loin Festival, le 19 mars à Avoriaz, le 22 mars au Théâtre Liger de Nîmes, le 25 mars à Paris au Théâtre du Châtelet, le 26 mars au Cully Jazz Festival en Suisse, le 1er avril au Théâtre de Villefranche-sur-Saône, le 5 avril à la Maison des Arts de Thonon-les-Bains, le 8 avril au Palais du Pharo de Marseille et le 12 avril au Théâtre de la Passerelle à Gap.

Ebouriffant et rythmiquement barge, le pianiste arménien n’est pas un singe savant qui pianotait vainement à seulement 3 ans. Aussi à l’aise chez Thelonious Monk que Led Zeppelin, Tigran conçoit aujourd’hui un jazz rock inspiré et furibard qui n’empêche jamais le lyrisme de sa poésie pointer le bout de son nez. Juste fou !

Les jazzmen de Gyumri ne sont pas les plus connus de la planète. C’est pourtant dans cette grande ville d’Arménie que Tigran Hamasyan voit le jour durant l’été 1987… Juste sorti de ses couches, il s’accompagne déjà au piano-jouet pour chanter les Beatles et Deep Purple ! À 7 ans, Tigran tombe dans la marmite jazz et déroule l’impressionnant parcours : études, concours, festivals, la liste débouche sur le premier prix du Concours Thelonious Monk de 2006 remis par un jury composé d’Herbie Hancock, Danilo Perez et Randy Weston !

Tigran Hamasyan est de cette génération sans ornière où il ne s’agit pas de trancher entre Led Zeppelin, le folklore arménien et Louis Armstrong. Il mange tout ce qu’il écoute pour mieux forger sa singularité stylistique. Une spécificité bien audible tant sa palette pianistique, qu’elle touche au percussif ou au lyrique, ne renferme aucune boursouflure.

Son arme ? L’armurerie complète ! Tout ce qui lui passe sous la main. Le piano solo, en quartet où résonnent un duduk et une zurna, avec son groupe ARatta Rebirth où les sonorités néo-métalliques peuvent agripper violemment les oreilles et la voix sensuelles de la chanteuse Areni les caresse avec grâce, Tigran est bluffant quoi qu’il fasse !

Ebouriffant et rythmiquement barge, le pianiste arménien n’est pourtant pas un singe savant. Et si son éclectisme inquiète certains ayatollahs, sa patte est bien réelle. Il n’a pas 24 ans, on imagine donc à peine tout ce que son épilepsie stylistique et sa gloutonnerie sonore risque de réserver encore…

http://www.tigranhamasyan.com/
avatar
Norbert

Messages : 6026
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 53
Localisation : alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tigran, à pas de géant

Message par Blueleader le 24.01.11 23:01

...et une vidéo du phénomène :
avatar
Blueleader

Messages : 7793
Date d'inscription : 24/02/2010
Age : 54
Localisation : entre mulhouse et belfort

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tigran, à pas de géant

Message par Norbert le 24.01.11 23:02

Belle complémentarité!merci! Smile
avatar
Norbert

Messages : 6026
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 53
Localisation : alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tigran, à pas de géant

Message par parisino le 29.01.11 13:52

En complément de mes 2 camarades que je remercie Wink

Son 1er album : Tigran Hamasyan : "World Passion"

Tigran hamasyan enregistre son premier album à Los Angeles avec Ben Wendel (saxophone), Francois Moutin (basse), Ari Hoenig (batterie) et Rouben Harutyunyan (duduk, zurna).



Son 2eme album : "New Era"

En trio avec les frères Moutin.



Au programme de cet album, quatre arrangements (deux standards du jazz et de musique folklorique de son pays natal l'Arménie) et six compositions originales où se ressent également l'influence de la musique arménienne. Un programme qui lui permet de faire valoir son talent tant dans de belles nostalgiques ballades romantiques qui rivalisent de beauté : "Leaving Paris" et "Memories from Hankavan and now ", que dans des morceaux plus rythmés qui donnent l'occasion également aux réputés frères Moutin, ses amis de longues date qui l'accompagnent, de se déchaîner dans une complicité respirant la joie même si un titre laisse à penser que le pianiste éprouve "le mal du pays"(Tigran Hamayan réside à Los Angeles depuis plusieurs années).
Que Tigran Hamsyan s'exprime au piano traditionnel où à d'autres claviers c'est un langage qui lui est bien personnel qu'il développe, et ce mélange de jazz et musique folklorique arménienne ravira plus d'une oreille c'est certain... dont les vôtres très probablement !


Source : http://www.pianobleu.com/

Entre temps il y a eu un autre album en Groupe : Tigran Hamasyan Arattta Rebirth "Red Hail"



Il faut parfois se méfier de certains albums, qui dès la première écoute vous séduisent d’emblée, par un effet de surprise, provoqué par une couleur sonore inattendue et originale. Red Hail, nouvel album du génial pianiste de 21 ans, Tigran Hamasyan, est de ceux-là. Il nous propose avec brillance et éclat, une musique qui mêle les mélodies du folklore arménien, les improvisations du jazz instrumental et l’énergie plombée d’une musique rock, proche du heavy metal. Après plusieurs écoutes approfondies, l’effet de surprise s’estompe, le soufflet retombe et le discours de Red Hail nous paraît assez vain, creux et parfois indigeste. Cette grêle rouge de graines de grenadier (ça ne s’invente pas !) nous fait plutôt l’effet d’une douche tiède à faible débit. Tant de talent et tant d’énergie déployée pour arriver à un si maigre résultat, c’est vraiment dommage ! Car ces jeunes gens sont tous d’excellents musiciens, outre les furieux (et toujours mélodiques) chorus de Tigran, on apprécie la fougue du batteur Nate Wood (qui a d’ailleurs produit et mixé l’album : il n’y a rien de mieux que soit même pour mettre en avant un son de batterie !) et le lyrisme du saxophoniste Ben Wodel (surtout au soprano). On remarque aussi les trois apparitions fulgurantes du guitariste Charles Altura aux riffs tranchants comme une lame d’acier trempé. On ne reprochera certainement pas à Tigran Hamasyan de se renouveler en nous proposant un album complètement différent du précédent. On lui reprochera plutôt son manque d’inspiration et de maturité musicale pour oser s’aventurer sur un terrain où il n’a pas grand chose à dire, si ce n’est nous épater par des effets d’esbroufe, clinquants et racoleurs. Il faut bien admettre que le problème réside dans la faiblesse des compositions, noyées dans un gros son où l’on ne retrouve pas la sensibilité, le lyrisme et le talent de compositeur, qu’il déployait dans son précédent album. Nous apprécions tout de même quelques titres, comme Falling, qui met en valeur le formidable jeu de batterie de Nate Wood et surtout, nous retenons le superbe morceau qui ouvre l’album (Shohger Jan), où se mêlent jazz acoustique et folklore arménien dans une belle harmonie et une parfaite osmose, mettant remarquablement en valeur la voix d’Areni Aghabian (en partie par le fait que sur cette chanson, elle a un texte à chanter), un chant, qui sur ce titre, nous fait penser à une mystérieuse voix bulgare. On aurait aimé que Tigran développe les autres morceaux dans l’esprit de ce Shoger Jan. C’est raté pour cette fois-ci, mais nous irons tout de même voir le groupe sur scène défendre ce projet avec, on l’espère, toute l’énergie et la sincérité qu’il est capable de déployer dans le cadre d’un club.  Lionel Eskenazi

Source : http://www.lesdnj.com/

Une mauvaise crtique sur ce dernier, de toute façon qu'elle soit bonne ou mauvaise, le mieux c'est de se faire son propre avis.

Et voilà !

Parisino  jocolor


Dernière édition par parisino le 20.09.13 16:22, édité 2 fois
avatar
parisino

Messages : 5704
Date d'inscription : 31/05/2010
Age : 42
Localisation : Chatenay Malabry

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tigran, à pas de géant

Message par parisino le 29.01.11 14:02

Et bien sur son dernier album: "A Fable"



Sur le Jazz Magazine de ce mois il est noté d'un CHOC avec une excellente critique.

Tous ces albums nous pouvons les découvrir sur Deezer :

http://www.deezer.com/fr/music/tigran-hamasyan#music/tigran-hamasyan

Bonne zic à tous !

Parisino jocolor
avatar
parisino

Messages : 5704
Date d'inscription : 31/05/2010
Age : 42
Localisation : Chatenay Malabry

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tigran, à pas de géant

Message par Blueleader le 29.01.11 14:37

Merci !
avatar
Blueleader

Messages : 7793
Date d'inscription : 24/02/2010
Age : 54
Localisation : entre mulhouse et belfort

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tigran, à pas de géant

Message par parisino le 05.02.11 11:37

Un article sur Mondomix (super magazine gratuit sur la "world musique").

http://tigran-hamasyan.mondomix.com/fr/portrait6121.htm

Parisino jocolor
avatar
parisino

Messages : 5704
Date d'inscription : 31/05/2010
Age : 42
Localisation : Chatenay Malabry

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tigran, à pas de géant

Message par parisino le 20.09.13 16:57

parisino a écrit:Et bien sur son dernier album: "A Fable"



Sur le Jazz Magazine de ce mois il est noté d'un CHOC avec une excellente critique.

Tous ces albums nous pouvons les découvrir sur Deezer :

http://www.deezer.com/fr/music/tigran-hamasyan#music/tigran-hamasyan

Bonne zic à tous !

Parisino  jocolor
Très bel album, je l'ai écouté pas mal de fois. J'ai souvent trouvé des similitudes avec le pianiste gitan Dorantes, sur des phrasés, des sons, je ne les avaient pas entendu dans les précédents albums de Tigran. Evidement ces similitudes sont du pur hasard... quoique les gitans seraient passés par là-bas, souvent nous pouvons entendre dans divers morceaux flamenco "la sierra de Armenia" :

Vienen bajando
por la Sierra de Armenia
vienen bajando
unos ojitos negros
de contrabando del amor

Ils descendent
par les montagnes d'Arménie
Ils descendent
les yeux noirs
de contrebandes d'amour (je ne sais pas si j'ai bien traduit)

J'aime beaucoup "A Fable" qui est comme un conte avec de belle expression, du sentiment, de la mélancolie et on a l'impression d'une découverte permanente durant tout l'album. Une belle histoire.



Tigran est aussi Sideman (merci les frères Moutin, grand musicien de Jazz de nous avoir fait découvrir avec seulement 19 ans ce pianiste aux 1000 couleurs, qui peut utiliser le bleu, le rouge, le gris et transformer du noirs en fuchsia) il joue sur "Lobi", un album de l'ancien batteur d'Aka Moon, Stéphane Galland, que j'apprécie pour plusieurs raisons. La première ce sont les musiciens tous d'horizons différents :




  • Stéphane Galland, batterie


  • Magic Malik, flûte, voix


  • Misirli Ahmet, Darbouka


  • Petar Ralchev, accordéon


  • Tigran Hamasyan, piano


  • Carles Benavent, basse 5 cordes

 
La musique est un mélange de Jazz-World-moderne (juste pour vous situer). Vous pouvez écouter une sevillane composé par le bassiste le plus flamenquiste Carles Benavent, Magic Malik joue a merveille (l'un des plus grand flutiste de jazz de tout les temps), Misirli Ahmet nous fait vibrer avec les percs turques, l'accordéoniste Petar Ralchev ne va pas dans le terrain jazz et joue très roots pour le bonheur du groupe. Tigran un pianiste d'exception qui a laissé sa place en tournée a un autre pianiste de qualité Malcolm Braff (extra) et puis le coupable de tout cela Stéphane Galland, meneur d'un beau projet original et ouvert sur le monde. Bravo.





Pour vous rendre compte du projet une petite video.

Parisino jocolor
avatar
parisino

Messages : 5704
Date d'inscription : 31/05/2010
Age : 42
Localisation : Chatenay Malabry

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tigran, à pas de géant

Message par leptilou le 20.09.13 19:29

Lobi ! c'est un beau projet... plein de musiciens qui ne devraient pas jouer ensemble tellement ils sont différents... et Galland qui assure la symbiose de tout ce pti monde ou chaque individualité est d 'un niveau musical époustouflant.... Au PJF cette année, Malik au sein de Lobi a été époustouflant, céleste ! En revanche Tigran n'était pas sur scène (retenu sans doute par autre chose) et c'est Malcolm BRAFF pianiste Irlandais avec une personnalité très différente qui s'y collait...
avatar
leptilou

Messages : 1277
Date d'inscription : 11/07/2008
Age : 64
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur http://cooldesource.blog.lemonde.fr/category/concerts/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tigran, à pas de géant

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum