Meditations (1966)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Meditations (1966)

Message par Ayler le 15.04.08 22:09

Meditations (1966)



Face 1

1. The Father And The Son And The Holy Ghost – 12:51
2. Compassion – 6:50

Face 2

1. Love – 8:09
2. Consequences – 9:11
3. Serenity – 3:28


Personnel :
John Coltrane — Saxophone ténor
Pharoah Sanders — Saxophone ténor
McCoy Tyner — Piano
Jimmy Garrison — Contrebasse
Elvin Jones — Batterie
Rashied Ali — Batterie

Enregistré le 23 novembre 1965 au Rudy Van Gelder Studio.


"Meditations" est sans nul doute l'un des albums les plus importants de la New Thing. Un véritable chef d'oeuvre. Dernier album studio publié du vivant de Coltrane, il constitue la transition entre la fin du quartet historique et l'ultime quintet (avec Pharoah Sanders). C'est aussi l'album qui est à la frontière des deux mouvements de ce qu'on appelle souvent la dernière période de Coltrane (qui débute après "A Love Supreme").

Il est d'ailleurs intéressant de rapprocher "Meditations" de "A Love Supreme". Enregistrés à seulement un an d'écart, ils présentent des similitudes : ce sont des disques de musique spirituelle conçus comme un tout. L'ordre des différents mouvements est pensé, et le travail d'écriture en amont non négligeable. Les deux albums partagent d'ailleurs une qualité d'écriture rarement égalée dans l'univers du jazz.
Pour autant, l'écoute des deux albums montre surtout le chemin parcouru musicalement par Coltrane en un peu moins d'un an : il dépasse l'entendement. Alors que "A Love Supreme" se situe encore dans le prolongement des débuts du quartet, constituant d'une certaine façon son aboutissement, "Meditations" est un album de free jazz, où l'émotion, la puissance, la beauté et l'énergie brute s'impose à l'auditeur avec violence.

A ce stade de sa carrière, Coltrane était l'un des très rares jazzmen pouvant se permettre d'enregistrer régulièrement, et ne choisir que les sessions qu'il estimait les plus abouties. "First Meditations" (publié seulement en 1977) permet d'entendre le seul quartet historique de John interpréter le 2 septembre 1965 l'œuvre dans une version fort différente - et, je l'avoue, autrement plus accessible musicalement. Mais pas forcément aussi forte que les "Meditations" finalement retenues par John.

Le personnel de "Meditations" explique dans une large mesure l'originalité absolue de l'œuvre. Il faut noter que ce sont là les ultimes contributions en studio de McCoy Tyner, qui est au sommet de son art, mais aussi d'Elvin Jones (qui rejouera toutefois avec Coltrane par la suite). "Meditations" explique dans une certaine mesure le départ des deux hommes. McCoy Tyner et Elvin Jones étaient des jazzmen qui, sans être hostiles au free jazz, n'avaient pas forcément envie d'en jouer sur le long terme. Dans un cadre free, nul besoin de la science harmonique de McCoy, pas plus que des polyrythmies d'Elvin où le swing, n'en déplaise aux critiques d'alors, avait toujours sa place. Avec Rashied Ali à ses cotés, la partie était perdue d'avance pour Elvin, dans la mesure où le jeu free s'impose irrémédiablement au jeu respectant les mesures. Elvin et McCoy donneront la même explication quant à leur départ du groupe : ils ne s'entendaient plus jouer - imaginez quatre saxophonistes et deux batteurs dans un contexte free…
Jimmy Garrison est ainsi le seul membre du quartet historique qui continuera l'aventure, mais son attachement à la personne de Coltrane allait de toute façon au-delà de ses convictions musicales. A ce stade, celles de Coltrane étaient pour le coup en phase avec celles de Pharoah Sanders, qui intègre alors le groupe de façon définitive, mais aussi de Rashied Ali, dont le jeu multidirectionnel (le qualificatif est de Coltrane) se rapprochait plus de la liberté à laquelle aspirait John.

"The Father And The Son And The Holy Ghost" est le seul mouvement absent de "First Meditations". Selon Pharoah, il faut comprendre le titre comme une sorte de manifeste de la New Thing, où Coltrane serait le Père, Pharoah le Fils, et Albert Ayler le Saint Esprit. A ce stade de sa carrière, Coltrane cherchait manifestement d'autres voies, et la passion de Pharoah - et plus encore d'Albert Ayler - a manifestement beaucoup influencé son approche de l'instrument. Il suffit de comparer le son de Coltrane sur "A Love Supreme" et celui des derniers mois pour s'en rendre compte : Coltrane a fait sien le large vibrato d'Albert Ayler. La terre (le gospel, le blues) et l'espace (la liberté du free) se fondent dans une complète communion. Pour autant, même dans ce contexte free, où le jeu de Pharoah est avant tout instinctif, le jeu de Coltrane reste toujours incroyablement pensé et parfaitement articulé. Le jeu de John n’est pas moins puissant que celui de ses collègues. Sa maîtrise ne fait jamais obstacle à sa capacité à susciter l’émotion.
Etrangement, après la mort de Coltrane, Ayler et Pharoah n'auront de cesse de revenir à l'héritage Coltranien, qui finira par écraser Pharoah sur certains enregistrements - alors que ce dernier avait une personnalité musicale très forte dans les années 60.

Concernant la musique enregistrée ce 23 novembre 1965, on retrouve effectivement les deux derniers soli enregistrés par McCoy Tyner chez Coltrane : ils comptent parmi ses meilleurs. Le duo Ali/Jones n'a pas certes fonctionné sur le plan humain, mais le résultat est par moment stupéfiant ("The Father and The Son and The Holy Ghost") et le partage des tâches finalement équilibré. Pharoah livre deux soli sauvages, d'une intensité exceptionnelle où le son pur prime sur les notes, dans le prolongement de son chorus de "Om". Quant à Coltrane, il alterne avec génie violence tellurique ("The Father and The Son and The Holy Ghost") et lyrisme ("Love", "Serenity"). Un sommet en terme de musique spirituelle.


Dernière édition par Ayler le 21.08.08 16:59, édité 1 fois
avatar
Ayler
Admin

Messages : 5233
Date d'inscription : 14/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/SugarSweet44

Revenir en haut Aller en bas

Re: Meditations (1966)

Message par Bluesboy le 14.08.08 22:43

Magistral, peut être l'apogée discographique de Coltrane.
avatar
Bluesboy

Messages : 237
Date d'inscription : 15/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Meditations (1966)

Message par Ayler le 21.08.08 16:56

Outre la version en quartet de John Coltrane, il existe deux autres versions de "Meditations" (le dernier album sorti du vivant de Coltrane) :

- Celle de Prima Materia, avec Rashied Ali, sortie en 1995 :



- Celle de Dave Liebman (dont on ne compte plus les hommages à Coltrane), publiée deux ans plus tard :


_________________
Ayler's Music
avatar
Ayler
Admin

Messages : 5233
Date d'inscription : 14/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/SugarSweet44

Revenir en haut Aller en bas

Re: Meditations (1966)

Message par Ayler le 07.06.09 1:27

http://www.allaboutjazz.com/php/article.php?id=32857

_________________
Ayler's Music
avatar
Ayler
Admin

Messages : 5233
Date d'inscription : 14/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/SugarSweet44

Revenir en haut Aller en bas

Re: Meditations (1966)

Message par WillieBrown le 13.01.10 12:43

The Father And The Son And The Holy Ghost est inattaquable. Le thème de départ fait vriller le cerveau et donne une impulsion incroyable qui ne faiblit jamais durant tout le morceau. Il faut vraiment écouter ce titre.
Les trois titres suivants sont beaucoup plus calmes avec une intensité moins exarcerbée, je trouve qu'ils contrastent beaucoup trop avec le premier morceau pour les apprécier véritablement.
Serenity est pour moi l'autre morceau exceptionnel de l'album. Ce n'est pas vraiment d'une free jazz, mais une mélodie poignant triste et troublante.
avatar
WillieBrown

Messages : 24
Date d'inscription : 10/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Meditations (1966)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum