The Magic of Ju-ju (1968)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

The Magic of Ju-ju (1968)

Message par Sony'r le 14.05.13 14:16

The Magic of Ju-ju (1968)



The Magic Of Ju-Ju 18:34
You're What This Day Is All About 1:47
Shazam 4:43
Sorry 'Bout That 10:08

• Bass – Reggie Workman
• Drums – Beaver Harris, Norman Connor
• Percussion – Dennis Charles
• Percussion [Rhythm Logs] – Eddie Blackwell
• Percussion [Talking Drums] – Frank Charles
• Tenor Saxophone – Archie Shepp
• Trumpet, Flugelhorn – Martin Banks
• Trumpet, Trombone – Michael Zwerin

Impulse! ‎– AS-9154 - Enregistré le 26 avril 67


D’emblée la pochette intrigue, elle attire irrémédiablement l’attention et questionne par les symboles qu’elle intègre. L’album sort en 68, en pleine période hippie, les couleurs, les fleurs, l’imagerie est là, avec comme pendant, ce crâne, tout de même inquiétant, qui nous renvoie au psychédélisme du Grateful Dead par exemple… l’ensemble sur fond noir, magie noire, danse, transe et vaudou… Alors, la pochette cache t-elle une belle histoire ? L’écrin vaut le contenu, laissez-vous tenter, vous ne serez pas volé, et il y a même plus encore…

Par, sans doute, un hasard, je me suis procuré, il y a un bon paquet d’années, cet album dans une version assez curieuse… pas un original US Impulse, non, mais la version anglaise sortie en 68, et du coup l’enregistrement est en… mono ! Évidemment ça lui confère une originalité qui ne se trouve plus guère sur le marché, le son est compact et centré, ce qu’il perd en spatialité, il le gagne en force.

Il y a un seul titre sur la première face: The Magic Of Ju-Ju  d’une durée de 18:34. Cette pièce fait clairement référence aux rites du vaudou  pendant lesquels un ancêtre prend possession d’un participant, tandis que les tambours et les percussions accompagnent une danse jusqu’à la transe. Ju-Ju est un esprit parmi les plus terribles, c’est « celui qui a faim pour les morts »… On comprend mieux la signification de cette pochette si intrigante, Shepp se fait donc l’écho du monde des morts... Interprète inattendu de Ju-Ju, il incarne les esprits anciens, ceux des morts à travers le cri, la souffrance et la plainte. Inutile de tourner autour du pot, ce titre est extraordinaire, dans le sens entier du terme. Tout d’abord, la durée, Shepp marche dans les pas de Coltrane qui le premier a décidé de prendre le temps… de prendre le temps de dire, de reformuler, d’expliquer, de commenter sa propre musique de l’intérieur…   The Magic of Ju-Ju c’est un long solo, un fabuleux solo, introspectif, violent et révolutionnaire, forcément…  

Sur un tapis de percussions, qui s’étoffe tout au long du morceau, appelant l’Afrique, la source à laquelle il faut boire car elle est seule à pouvoir étancher la soif, les tambours, triangles et clochettes, les batteries et les percussions mélangées et superposées en un formidable essaim rythmique. D'abord Frank et Dennis Charles, rejoints bientôt par Reggie Workman à la basse, puis par Eddie Blackwell qui  vient s’ajouter à la polyrythmie,  précédent l’arrivée des deux batteurs, Beaver Harris et Norman Connor, qui ne sont pas de trop pour rassembler la puissance rythmique propre à équilibrer la volubilité du ténor. Archie Shepp dépose son long cri. Pas un râle, non, l’engagement est avant tout physique, généreux, à la façon d’Albert Ayler, avec simplicité et engagement entier… l’auditeur attentif est plongé hors du temps, happé par le tourbillon puissant du souffle de Shepp, par phases courtes, qui se succèdent sans discontinuer… les notes s’additionnent et se chevauchent, en un subtil mélange qui produit ce timbre unique, éraillé, si personnel, cette couleur que lui seul possède : ce bleu.
Shepp s’impose haut la main, avec assurance et autorité, la fin du solo est particulièrement intense et culmine avec une sorte d’apothéose où les figures jusqu’alors tracées, éclatent en un magma jaillissant. Ce n’est qu’en fin de piste que les deux cuivres rejoignent Shepp pour reprendre un riff par lui esquissé, comme un renfort arrivant à point pour baliser les territoires défrichés et conquis.
Bien sûr Coltrane a montré la voie, le chemin est tracé, il n’y a plus qu’à suivre, tout cela est vrai, mais ils ne sont pas si nombreux à parvenir à le suivre avec personnalité, sur de si hauts sommets !

You're What This Day Is All About est un beau titre court et mélodieux qui introduit de fort belle façon la seconde face de l’album.  Shazam lui succède et met en valeur la basse de Reggie Workman  qui accompagne un solo très free de Shepp, le morceau se termine sur un exposé hard bop plus traditionnel, les structures habituelles étant inversées.

Sorry 'Bout That est une pièce vraiment superbe, prolongeant l’émotion perçue tout au long de la première face, Shepp fait preuve d’inventivité et d’expressivité. Les solos de trompette et de sax sont portés par un fond rythmique où  Workman et  Beaver Harris brillent de tous leurs feux, mais l’impression qui subsiste malgré tout, pour l’ensemble de la deuxième face, c’est qu’elle pâtit, injustement, de l’excellence de la première !

Très Coltranien, cet album est une une bulle de lyrisme free qui gonfle et éclate, à ne pas rater !
avatar
Sony'r

Messages : 165
Date d'inscription : 08/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: The Magic of Ju-ju (1968)

Message par vincent le 14.05.13 14:48

Tu as cité le GD... Je vais donc tenter de me procurer cet opus!
avatar
vincent

Messages : 5356
Date d'inscription : 13/07/2011
Age : 41

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: The Magic of Ju-ju (1968)

Message par Ayler le 14.05.13 22:04

Sony'r a écrit:Il y a un seul titre sur la première face: The Magic Of Ju-Ju d’une durée de 18:34. Cette pièce fait clairement référence aux rites du vaudou pendant lesquels un ancêtre prend possession d’un participant, tandis que les tambours et les percussions accompagnent une danse jusqu’à la transe. Ju-Ju est un esprit parmi les plus terribles, c’est « celui qui a faim pour les morts »… On comprend mieux la signification de cette pochette si intrigante, Shepp se fait donc l’écho du monde des morts... Interprète inattendu de Ju-Ju, il incarne les esprits anciens, ceux des morts à travers le cri, la souffrance et la plainte. Inutile de tourner autour du pot, ce titre est extraordinaire, dans le sens entier du terme. Tout d’abord, la durée, Shepp marche dans les pas de Coltrane qui le premier a décidé de prendre le temps… de prendre le temps de dire, de reformuler, d’expliquer, de commenter sa propre musique de l’intérieur… The Magic of Ju-Ju c’est un long solo, un fabuleux solo, introspectif, violent et révolutionnaire, forcément…
Un seul titre... mais quel titre ! Shepp ne se contente pas de marcher dans les pas de Coltrane, il se réapproprie une part de son œuvre, mais de façon très personnelle - contrairement au titre de Liebman évoqué il y a peu sur le forum. On est là dans un univers très personnel, même s'il ne cache pas ses influences. Parmi tout ce que j'ai entendu de Shepp, ce titre est peut-être mon préféré. On y retrouve la dimension spirituelle des Ayler et Sanders. Oui, il y a bien de la magie dans ce Ju-Ju ! Obsessionnel, vertigineux, puissamment évocateur, cette plage a quelque chose.

_________________
Ayler's Music
avatar
Ayler
Admin

Messages : 5233
Date d'inscription : 14/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/SugarSweet44

Revenir en haut Aller en bas

Re: The Magic of Ju-ju (1968)

Message par Nestor le 26.05.13 17:16

Super album, avec lequel j'ai découvert Shepp après qu'Ayler l'ait évoqué sur le forum il y a quelques années.

Nestor

Messages : 284
Date d'inscription : 21/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: The Magic of Ju-ju (1968)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum