Albert Ayler : Ghosts (septembre 1964)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Albert Ayler : Ghosts (septembre 1964)

Message par Sony'r le 22.04.13 15:38

Ghosts (septembre 1964)



La version originale : Debut Records – DEB 144





On peut trouver des rééditions avec une autre pochette et un autre titre : Vibrations (Freedom FLP 40117),Il existe sous plusieurs pochettes différentes, dont l’une présentant l’album comme s’il s’agissait d’un duo, sans doute pour des raisons commerciales. Il existe également une version Italienne : I Grandi del Jazz, Fabbri Editori – GdJ 12

Bass – Gary Peacock
Drums – Sonny Murray
Tenor Saxophone, Alto Saxophone – Albert Ayler
Trumpet – Don Cherry

Recorded in Copenhagen on September 14th, 1964.

A1-Ghosts 2:05 (short version)
A2-Children 6:20
A3-Holy Spirit 8:15
B1-Ghosts 7:25 (long version)
B2-Vibrations 4:55
B3-Mothers 7:00

C’est alors, en 1964, qu’Ole Vestteegard m’a appelé et m’a dit: « Je peux arranger quelque chose pour toi afin que tu joues pour le peuple Danois”. J’ai répondu que cela me plairait beaucoup. Il a ajouté : « Seulement, je ne peux te payer que le billet d’aller ». J’ai dit : « Un billet simple ! Comment je vais faire pour revenir ? » Puis j’ai pensé : tant pis, allons-y… je suis allé trouver Sonny Murray et Gary Peacock. A ce moment là, Peacock n’avait rien mangé depuis quinze jours. Il se réveillait seulement pour aller aux toilettes. Quand je suis allé le voir chez lui, il était tout « desséché »… Je l’ai regardé et il m’a regardé en souriant. Je lui ai demandé : « Pourquoi tu fais cela ? »Il m’a dit : « Il faut que je fasse cette tournée pour toi. J’ai gaspillé la plus grande partie de ma vie alors que toi, tu joues de la musique pure ! ». Albert Ayler

C’est donc juste après avoir enregistré Spiritual Unity pour ESP qu’Albert Ayler part pour la Scandinavie où s’effectuera l’enregistrement de Ghost. Un trio remarquable s’est trouvé, d’une cohésion miraculeuse où la parole n’est plus nécessaire à la créativité, chacun jouant dans un espace musical élargi et sans frontière, tout en conservant un équilibre d’une richesse exceptionnelle. L’arrivée de Don Cherry, compagnon d’Ornette Coleman et précurseur, alors, du free jazz, n’est pas chose si simple, malgré l’immense dimension du personnage. Albert Ayler a toujours aimé jouer en compagnie de trompettistes et Don Cherry est sans aucun doute une des figures les plus emblématiques de la New Thing. C’est donc sur l’ambivalence complémentarité / contradiction que se situeront les interventions de Don Cherry. On le sait modeste, s’effaçant toujours derrière la musique, il sera l’aiguillon qui pousse Albert, s’éloignant assez peu des thèmes, à la façon dont il jouait autrefois, aux côtés d’Ornette Coleman.

Ange déchu, Albert Ayler va nous parler de ses fantômes, de ses frayeurs et des esprits qui l’habitent. Deux versions de Ghosts sont ici proposées, elles s’ajoutent aux deux autres présentes sur Spiritual Unity. Oui, la musique d’Albert est pleine d’esprits et de revenants et c’est précisément par une courte version de Ghosts que s’ouvre l’album. Le ténor est lyrique, gros son pour cette mélodie un peu naïve mais mémorable, un nouveau fantôme à accrocher au bestiaire d'Ayler !

Sur Children le quartet explose et s’expose. Albert s’y montre vif, insaisissable et tendre. Gary Peacock est le complément idéal d’Albert Ayler, il en partage le lyrisme et la gravité émotionnelle comme en témoigne le « jeu » entre les deux sur cette pièce. Voici ce que disait Albert à propos de son bassiste : « Si je parle tant de Peacock, c’est qu’il est le meilleur bassiste que j’aie jamais rencontré. Lorsqu’on était ensemble, on jouait tout simplement, on n’avait pas besoin d’en parler auparavant. Avec les autres musiciens, il faut toujours discuter un peu sur ce que l’on va faire mais, avec lui, ce n’était pas la peine. » Don Cherry, se fait complice d’Ayler et se situe le plus souvent dans le contrechant, à la manière des classiques.

Cette complicité s’actualise à nouveau sur Holy Spirit qui déborde de lyrisme. Albert s’épanche avec générosité et candeur, son saxophone pleure, rugit et gronde, il se fait chaos et se transforme en instrument de sublimation. La trompette de Don se fait à son tour Aylerienne, tombant fort à propos dans le gouffre qui s’ouvre à ses pieds, sous l’impulsion de la basse qui se plonge dans les abysses en sourdes interrogations. Don s’accroche et fait bonne mesure…

Ghosts, version deux, étirée, allumée, décortiquée, place l’auditeur comme un funambule au-dessus du vide … superbe et magnifique, comme John Coltrane avec « my favourites things » il n’a de cesse de le redécouvrir, rejouer, avec obstination, comme pour en extraire l’essence même. L’ultime version n’existe pas, bijou aux multiples facettes, il faudra sans cesse en polir les côtés les plus sombres…

Vibrations est furieux, coléreux… à la fois surpuissant et inquiet, il écrase et oppresse. Sonny Murray y est plein de force, de furie, généreux dans l’engagement physique, il aime les cymbales, les caresse, les frappe, les fait vibrer… Pas de pulsation rythmique régulière, pas d’équilibre, il joue comme un soliste, dialoguant avec Gary Peacock, émancipant son instrument chargé par le temps de trop de servitude.

Mothers est grave, un brin lugubre et inquiétant, beauté grinçante, majestueuse et menaçante… ce titre a quelque chose de métaphysique, peut-être ce désespoir qu’il semble porter, peut-être la vision de la vanité de la condition humaine qui pointe dans le miroir de l’âme…

Une œuvre majeure dans l’art d’Ayler.
avatar
Sony'r

Messages : 165
Date d'inscription : 08/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Albert Ayler : Ghosts (septembre 1964)

Message par Ornette le 26.04.13 10:53

Un grand disque d'un quartet exceptionnel. Ta chronique souligne à raison le rôle de Peacock, alors qu'il s'agit d'une période de sa carrière finalement un peu oubliée en comparaison de sa collaboration avec Jarrett.
avatar
Ornette

Messages : 1283
Date d'inscription : 15/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/billfernandson

Revenir en haut Aller en bas

Re: Albert Ayler : Ghosts (septembre 1964)

Message par Sony'r le 26.04.13 18:52

Oui, c'est un immense musicien, quand on a joué aux côtés d'Ayler on n'a plus besoin de carte de visite!
Si on aime bien Jarrett il y a ce magnifique album où Gary est Leader et le trio en très grande forme:

avatar
Sony'r

Messages : 165
Date d'inscription : 08/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Albert Ayler : Ghosts (septembre 1964)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum