Nietzsche et la musique

Aller en bas

Nietzsche et la musique Empty Nietzsche et la musique

Message par LeGarsReg le 10.11.11 20:06

Voici mon introduction a Nietzsche et la musique.
- definition de la musique
- La musique et les philosophes
- Nietzsche, Wagner, Schopenhauer
- La theorie musicale de Nietzsche
- Dissonance et dionysisme

definition de la musique:


La musique est un art de la vibration.
C'est le corps tout entier qui ecoute pas seulement l'oreille. C'est le plexus qui ecoute plutot que l'oreille. L'oreille est branché au cerveau qui control le reste du corps.
Il y a donc une presence physique de la musique. L'onde frappe le tympan, le cerveau interprete et peu activer des mudscles de plusierus parties du corps en fonction des fréquences percues.
L'education des parents joue son role. Si a la naissance on bouche les oreilles d'un bebe au bout de qques semaines la zone du cerveau de l'ecoute ne se developpe pas.
L'oreille musicale se developpe des le depart de la vie.
Avec la mere dans le liquide amiotique, le monde exterieur est essentiellement sonore. La voix du pere de la mere, correspondent a une frequence.
Une musique c'est une histoire de frequence. La musique c'est l'art par excellence de la communication.


La musique et les philosophes:
Peu de philosophes ont travaille sur la musique. D'ailleurs la rareté des compositions des philosophes est évidente.
Platon, Descartes ont une approche arithmetique de la musique, mathematiques de la musique
jankelevitch, philosophe et musicologue) a bcp travaille sur la musique selon une logique de linefable, l'indecible. On ne touche pas a l'essence de la musique. les hautes spheres de la metaphysique, L'onthologie.
Schopenhauer c'est ce qu'on va voir
Nietzsche a ecrit de la musique et a travaille sur cd sujet.


Quand on ecoute le devin du village de rousseau on entend une musique du 18eme. Une musique de son temps.
Les quatuors d'adorno, on entend la musique du decaphonique du 20eme.
Mais ca ne va pas au dela de ça. On a l'impression d'avoir a faire a de bons artisants.
On peut fabriquer de la musique au km, baroque, classissisme ou du a la maniere de.
Lorsque rousseau ecrit la querelle des bouffons, s'il faut preferer la musique italienne, francaise ou allemande, il se place en amateur de la musique. Bon amateur, mais amateur.
Bref, la musique est un sujet sensible, difficile pour les philosophes.

L'impregnation musicale avant la naissance se fait par des flux sonores. La Vibration d'un violoncelle rappel la voix du pere.
Quand on entend aujourd'hui qq1 qui joue du violoncelle, du picolo, qui va chanter qui est soprano, vous allez rentrer en relation avec des zones d'enfances.
Ces emotions sont directement liées a votre éducation parentale, donc votre culture.


Nietzsche, Wagner, Schopenhauer:


Nietzsche dont le père est pasteu, a baigne dans une musique chrétienne, les protestants considerent que grace a bach, la musique est une voix d'acces au sacré.
Il n'y a pas cette haine du plaisir que les catholiques ont.
Le pere est mort il avait 6 ans.
Nietzsche veut devenir compositeur. Sa mere lui conseil de rester juste musicien pour rester compatible avec sa futur vie de pasteur. Dans la famille on doit rester pasteur de pere en fils.
Sa mere va reussir a le persuader. Il va commencer des etudes de theologie.
Tres vite il va changer de direction, il perd la foie,il ne sera pas theologien mais philologue cad specialiste des textes anciens.

Il decouvre Wagner. Un pere de subtitution. Wagner a presque tout composé lorsqu'il rencontre Nietzsche. Wagner est qq1 d'important, Nietzsche n'est rien.
Wagner acceuille Nietzsche.
Nietzsche et Wagner adore Schopenhauer. La philosophie selon Schopenhauer se resume ainsi: Le monde est ma volonte et est ma representation aussi.
Faut pas confondre volonte et possibilite de choisir mais c'est la traduction du terme vouloir.Le vouloir c'est l'equivalent de la libido de freud.
L'energie, le desir, la puissance, tout ce qui anime ce qui est.Il y a du vouloir dans le reigne mineral.
La structure atomique des mineraux n'est pas hasardeuse, le tableau de mendeleiev nous explique les caracteristiques mais respecte cette notion du vouloir.
Il y a du vouloir dans le végétal etc etc.
Surtout il n'y a pas de liberte nous dit Schopenhauer. Vous ne choisissez rien. Le vouloir choisi pour vous, vous etes pousse par cette force aveugle.
Cette force aveugle est l'essence du monde.
Ce vouloir nous rend la vie impossible, soit on souffre soit on s'ennuye. Par exemple On travail la semaine, le dimanche on s'ennuye.
Seules la morale de la pitié, la contemplation de l'esthetique, et la négation du vouloir (arreter de se reproduire) permetent de sortir de ce mecanisme.

La contemplation de l'esthetique, c'est par exemple se retourver devant une belle montagne et se sentir tout petit devant un spectacle immense.
Vous ne soufrez plus, vous ne vous ennuyez plus.
Cette contemplation esthetique impliquera la theorie de la musique de Nietzsche. La musique c'est l'art de suspendre le vouloir.
La musique est un miroir du monde, sans etre le monde pour autant.
Nietzsche a un coup de foudre pour cette philosophie irrationnelle.
Nietzsche etant compositeur se dit c'est ma philosophioe.
Il ne restera pas Schopenhauerien longtemps.


La theorie musicale de Nietzsche:


Il y a une theorie pure de la musique de Nietzsche heritage de Schopenhauer.
Schopenhauer voit tout en noir, il y a un pessimisme chez Schopenhauer, on ne choisi rien, la beaute des femmes est un leurre c'est la race humaine qui veut se reproduire,
on souffre tout l'temps, on va vers le neant la mort, etc etc ..
Nietzsche veut inverser ce pessimisme, quand Schopenhauer dit qu'il faut eteindre le vouloir vivre, quand il dit non a la vie Nietzsche dit oui a la vie il faut la sublimée.

Nietzsche va batir sa theorie de la musique a partir de Dionysos: dieu de la boisson, du chant, de la folie, de l'hysterie.
Il opposera Dionysos a appolon, dieu de l'ordre, de la mesure, du chiffre, de l'architecture.
Il y a toujours un conflit entre ce qui est appolinien et ce qui est dionysiaque.
Nietzsche prend le parti du dionysiaque: la vie, l'affirmation de la vie, la puissance, la volonte de puissance.
Vous sentez de la puissance en vous, aimez la dit Nietzsche, Schopenhauer dit ne l'aimez pas.
Nietzsche dit aimez la vie et aimez la musique qui doit etre l'ultime consolation qui permet d'acceder au monde dionysiaque.

Dans la musique on doit revenir au primitif. L'oreille est l'organe de la crainte.
L'oreille est l'organe de la peur, l'homme des cavernes a développé cet organe en tout premier lieu pour des raisons vitales et plus particulierement la nuit.
Passage de L'aurore paragraph 250:
« L'oreille, organe de la peur, n'a pu se développer aussi amplement qu'elle l'a fait que dans la nuit ou la pénombre des forêts et des cavernes obscures,
selon le mode de vie de l'âge de la peur, c'est-à-dire du plus long de tous les âges humaines qu'il y ait jamais eu : à la lumière, l'oreille est moins nécessaire.
D'où le caractère de la musique, art de la nuit et de la pénombre ».

Freud expliquera qu'en se mettant debout, les organes sexuels de l'homme ne seront plus cache, apparaitra la pudeur pour les proteger.
A partir de la un echainement se deroule, de la depreciation de l'odorat a l'isolement des femmes durant leurs menstrues,conduisi a la preponderance des facultes visuelles.

Donc au depart on est des quadrupedes avec une oreille extremement developpe. C'est l'oreille qui est l'organe de la crainte c'est elle qui averti du danger.
On se leve, station verticale (Hubert Felix THiefaine), on libere les mains, le cerveau se developpe, on voit mieux, on touche plus, mais on entend moins.
Parce qu'on nous a dresse pour mieux voir on entend moins. Un aveugle entend mieux et touche mieux.

Le dionysiaque, c'est retrouver cette faculter primitive de l'ecoute. La musique c'est l'art de retrouver cette sensation primitive.

La théorie musicale a avoir avec le corps. Pour lui le corps c'est la grande raison. Ce qui entend la musique ce n'est pas seulement l'oreille, c'est la totalité du corps.
L'oreille plus le cerveau et le reste du corps c'est la totalité du corps.
Personne ne perçoit de la même manière la musique. Si on va en Inde, au Japon, on ne comprend pas forcément la musique.
La musique nécessite une éducation pour être comprise. Le cerveau doit comprendre ce que l'oreille lui fourni.

Nietzsche dit qu'il n'y a de creation que sur le terrain de l'autobiographie. Une creation est toujours une confession de son auteur.
Nietzsche dit aussi que creer c'est detruire. Détruire le monde antérieur pour se diriger vers un nouveau.


Pour Nietzsche il y a une relation entre la mort de dieu et la mort du beau.
Toutes nos impuissances, on les transforme en puissance devant lesquels on s'agenouille. C'est comme ça qu'on créé dieu.
Notre savoir est limité par définition, dieu sait tout.
On ne peut pas tout, Dieu peut tout.
On est né, Dieu n'est jamais né il a toujours été la.
Je vieillis, je vais mourir, Dieu ne vieillit pas il ne meurt jamais il est éternel.
Prenez les faiblesses des hommes, retournez les, vous obtiendrez des puissances devant lesquels on s'agenouille.
Les hommes ont créé les dieux, a leur image inversée.

Nietzsche va reprendre ces notions et assassiner le christianisme, l'ideal ascetique:
la haine de soit, le refus du corps, la haine de la sexualite, la névrose sexuelle que le christianisme va générer,
Cette mort de dieu c'est aussi une invitation a tuer l'esthetisme classique du Beau, du Vrai, le Bien. Ceux sont des idees pures.
Ces idees pures existents dans l'esthetisme classique.
Il y a la réalité et des idées, regarder la différence entre la réalité et ces idées, plus il y a d'ecart entre les 2 est grand moins la chose est belle.
L'idée pure de la Beaute suppose qu'on puisse mesurer la distance entre les oeuvres et l'idée de la Beaute pure.
Nietzsche dit pas du tout, il n'y a pas de Dieu, il n'y a pas de vrai, pas de bien, pas de Beaute pure.
Mon bien est peut etre votre mal.
Mort de dieu, mort du beau, il va falloire composer avec de nouvelles choses. Il s'agit d'une vraie creation au sens de Nietzsche.


Dissonance et dionysisme:


Dionysos dieu de l'ivresse, de la folie, de la musique.
Nietzsche est le premier (enfin je crois) a faire l'eloge de la dissonance. Il remet en cause la laideur de la dissonance.
Avant il y avait des consonnances et de l'harmonie (musique chretienne par ex), maintenant on peut tres bien imaginer des accords dissonants.
Comment peut on construire a partir du dissonant. C'est la porte ouverte a notre musique contemporaine.

Pour Michel Onfray, Marcel Duchamp est bien le Nitchzeen de l'art plastique, dada, ready made.
Pour Michel Onfray, arnold schoenberg va construire a partir du Nitscheen, serialisme et dodecaphonisme.

Pour moi zappa est dionysiaque par sa loufoquerie, son hysterie musicale. En tout cas les premiers albums. Pour moi on peut donc citer Nietzsche .
Pour moi zorn est dionysiaque, a plusieurs titres d'ailleurs.Pour moi on peut donc citer Nietzsche .
Pour moi Coltrane est dionysiaque, en tout cas sa derniere periode. Pour moi on peut donc citer Nietzsche.
Pour moi Edgar Varese est Nietzscheen par sa dissonance rythme, suffit d'ecouter ionisation.
Pour moi Stravinsky est Nietzscheen, son sacre du printemps le demontre.

Sachez tout de même que les partitions de Nietzsche ont ete enregistre.























LeGarsReg

Messages : 39
Date d'inscription : 25/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Nietzsche et la musique Empty Re: Nietzsche et la musique

Message par Blueleader le 10.11.11 20:56

"pour jouer de la guitare, il faut 5 cordes, 2 doigts et un trou du cul"

- Keith Richards - ( Dionysiaque, Nietzschéen, et parfois dissonant... )

Blueleader
Blueleader

Messages : 7793
Date d'inscription : 24/02/2010
Age : 55
Localisation : entre mulhouse et belfort

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Nietzsche et la musique Empty Re: Nietzsche et la musique

Message par LeGarsReg le 10.11.11 21:38

Il a oublié cerveau...

ha non désolé il ne l'a pas oublié...

==)

LeGarsReg

Messages : 39
Date d'inscription : 25/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Nietzsche et la musique Empty Re: Nietzsche et la musique

Message par Wu wei le 10.11.11 22:09

si je ne dis pas de bêtise, pour Schopenhauer la musique est l'absolu, (il rejoint la notion de spontanéité que l'on retrouve chez Spinoza), le monde est musique... je ne trouve pas ça hyper pessimiste.
ce "pessmisme" est ainsi perçu par l'européen, il me semble que l'on peut percevoir ici l'influence du bouddhisme sur le philosophe... et sa volonté de vouloir "lier" les deux figures tutélaires de ces deux religions... cela me semble plutôt renvoyer à l'idée de kharma, ou de destiné.. a tout bien y penser faudrait peut être voir une filiation vers les monades de Leibniz.

on peut également percevoir des influences "orientales" chez coltrane (et tant d'autres)... après tout nommer son fils Ravi, ça dénote une certaine ouverture d'esprit vers d'autres cultures et référents culturels...
d'ailleurs, il passe de sa propre "chrétienté" à une volonté de "religion universelle"... je dis ça parce que lorsque tu écris "Si on va en Inde, au Japon, on ne comprend pas forcément la musique."... je trouve ça déroutant.

c'est d'ailleurs ce qui me perturbe un peu dans l'explication Nietzschéenne, (je me méfie de ce philosophe, car il propose beaucoup d'ouverture, de proposition mais aussi d'interprétations... c'est aussi stimulant que casse gueule) c'est qu'autant ça "fonctionne" lorsque ça fait plsu de 1 000 ans que l'idée "catholique" et plus encore pour les idées platoniciennes, "transitent" dans les familles et les inconscients... autant chez des afro américain "fraîchements" convertis... il me semble que cet impact culturel générationnel... est limité.

...

après... il me semble que la philosophie n'esquive pas la musique; après bien évidemment si tu recherches uniquement la vison "dyonisiaque", elle n'apparait pas avant Nietzsche... (enfin définit comme telle)... mais Platon "perçoit" (dialogue tardifs, ça commence dans la république) la musique comme tout ausis harmonieuse (mathématique) que psychologique (bordélique) [d'ailleurs cette relecture de Platon par Nietzsche est intéressante, mais il ne faut pas non plus négliger quelle le cantonne dans un rôle de père la morale voulant tout justifier, tout mesurer... alors même que Platon ne cesse de remettre en cause son système, qu'il propose l'utilisation de mythes, de métaphores imaginatives... et que (surtout) il ne cherche pas juste à "quantifier" mais bien à rendre compte de l'harmonie de la nature, c'est à dire aussi bien du cosmos que des tourments de l'âme... ce n'est pas froid, glacial, dépersonnalisé... ça essaie d'obtenir une temporalité, c'est à dire de s'inscrire dans le temps... or à l'époque grec la musique est perçue comme une science, d'où une vision mathématique (en ce sens Aristote est beaucoup plus scientifique, sur l'art également)... de la même manière la vision "dyonisiaque" de Nietzshe se gorge d'idées tout aussi reçues, sa perception du théâtre antique, des orgies, des puissances vitales de la nature, des symboles... est forte... mais déjà il y avait des souffleurs, déjà il y avait des "carcans" représentatif... l'art ne naissait pas comme des fleurs des champs spontanément...il s'ancre finalement dans une forme de représentation très manichéenne opposant le désordre à l'ordre... de la même manière ne percevoir la musique qu'ainsi c'est faire l'impasse sur l'apport [dans le jazz notamment] des polyrhytmies africaines (pas que)... et là, colonisation ou pas, il faut admettre que c'est une perception de langage musical qui est tout autre]

ensuite Kant, Deleuze, Bergson etc etc... sans négliger les réflexions sur l'esthétique en général (et les travaux contemporains) me semblent parler également de musique.

mais, pour moi en tout les cas, c'est plsu clair avec ces "explications"

sea U
Wu wei
Wu wei

Messages : 4680
Date d'inscription : 04/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Nietzsche et la musique Empty Re: Nietzsche et la musique

Message par leptilou le 11.11.11 13:06

En suggestion bibliographie liée à ce thread : voir également "sociologie de la musique" de Max Weber (sociologue, philosophe et... musicien 1864-1920) édition Métailié. C'est pointu !
leptilou
leptilou

Messages : 1277
Date d'inscription : 11/07/2008
Age : 65
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur http://cooldesource.blog.lemonde.fr/category/concerts/

Revenir en haut Aller en bas

Nietzsche et la musique Empty Re: Nietzsche et la musique

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum