Lee Morgan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lee Morgan

Message par Norbert le 16.03.11 18:03

« Je suis né à Philadelphie le 10 juillet 1938 . Comme mes frères aînés achetaient tous les disques de Parker et de Dizzy,ma dizième année fut bercée par le bebop naissant.Pour mes 14 ans,mes parents m’offrirent une splendide trompette et,dès le lendemain,j’essayai d’en titrer quelques notes-sans grand succès je dois bien le dire !En fait,je ne suis pas né dans une famille de musiciens,bien que ma sœur aînée joue tres bien de l’orgue et mon père du trombone(je me rappelle encore sa sonorité !).Mais je pense que j’ai un petit don moi-même. »


Lee Morgan perfectionne sa technique à la Mastbaum Tech et à 15 ans il dirige des orchestres de danse et participe à des jam-sessions où jouent notamment Benny Golson ,John Coltrane ,Clifford Brown et Art Blakey.
A 18 ans il enregistre ses premiers disques au côté d’Art Blakey et intégre tres vite l’orchestre de Dizzy où il fera ses armes d’octobre 56 à janvier 58 "C’est avec Dizzy que j’ai tout .appris .Vous savez,il y a une différence entre le grand orchestre et la petite formation :dans un bon orchestre,vous devez écouter tout ce que font les autres musiciens du pupitre,afin de vous intégrer dans la sonorité de l’ensemble "



C’est en septembre 58 qu’il entre au sein des Jazz Messengers d’Art Blakey dont il deviendra vite un des pivots et un des soliste vedette au côté notamment de Hank Mobley ou de Wayne Shorter.Commence alors pour Lee Morgan une exceptionnelle carrière chez Blue Note qui le verra enregistrer pas moins de 25 albums en leader avec prés de 250 musiciens différents pour un total de prés de 700 plages !



Présenté par beaucoup comme l’unique rival de Miles Davis,il multiplie également les séances en tant que sideman ce qui lui permettra de partciper à des sessions qui donneront naissance à des albums essentiels de leur temps tel Blue Train de John Coltrane en 1957, Jacknife de Jackie Mac Lean en 65,Night Dreamer de Wayne Shorter en 64 etc…



En 1963,Lee Morgan,alors au creux de la vague suite à de sérieux problèmes de dépendance à l’héroïne,retrouve le devant de la scène après avoir quitté Blakey en 61 pour se libérer de son addiction.Le 21 décembre il enregistre pour Blue Note en compagnie de Joe Henderson au ténor,Barry Harris au piano,Bob Cranshaw à la basse et l’inamovible Billy Higgins à la batterie , ce qui restera pendant longtemps la plus grosse vente de l’histoire de Blue Note mais aussi de l’histoire du jazz :The Sidewinder "Ce morceau m’évoquait le méchant à la télé,le type mauvais(Side-Winder signifie un crochet,en terme de boxe).Il y a un serpent qui s’appelle comme ça aussi(le crotal),mais c’est à l’idée d’un personnage inquiétant que je pensais " explique Lee Morgan dans les notes de pochette de l’album.
Ce titre au groove soul immédiatement identifiable remettra financièrement Blue Note ,qui était alors au bord de la faillite, sur pied et relancera la carrière de Morgan



Il tentera de réediter le même succès 2 ans plus tard avec The Rumproller mais avec moins de réussite commerciale même si le disque se situe sur la ligne musicale que The Sidewinder
Au début des années 70,révolté par les conditions de travail des musiciens de jazz aux Etats-Unis,il participe,notamment au côté de Roland Kirk,aux actions de l’association »Jazz and People Movement »et contribue à l’organisation d’un anti festival de Newport.


Le 19 février 1972 Morgan jouait sur scène à New-york au 'Slug's' quand sa femme Helen More lui tira dessus et le tua...Les infos sur ce drame restent un peu confuses :on ne sait pas exactement si elle le tua précisément sur la scène ou dans les coulisses ,si c'était à cause de drogues ou d'infidélités conjuguales...Le jazz de toutes façons à perdu ce soir là un de ses talents majeurs....!
Peu de trompettistes,dans l’histoire du jazz,ont porté à un tel niveau la maîtrise de l’instrument,et en pariculier du phrasé.Sa sonorité naturellement très timbrée,son volume sonore très élevé,il les étouffe par moments par un jeu en demi-piston.Harmoniquement,cet improvisateur infatigable marqué par le blues et le bebop relance ses idées à grand renfort de citations et d’arpèges qu’il développe par tons successifs.Toutes ces recettes aboutissent à une musique fougueuse et haute en couleurs dont l’énergie reste exemplaire

Sources:Dictionnaire du jazz,Robert Laffont 1994,Jazz Me Blues,interviews et portraits de musiciens de jazz et de blues par François Postif,Contre Mesure,1998(interview de Lee Morgan parue dans Jazz Hot n°139 janvier 1959),notes de pochette The Sidewinder,Blue Note.
Difficile,pour terminer, de faire un choix dans l’innombrable discographie de Lee Morgan ,outre les albums sités plus hauts,ceux réalisés au côté d'Art Blakey sont souvent tres réussis de même que ceux gravés en leader pour Blue Note où on pourra privilégier les plages réunissant le trompettiste et Wayne Shorter.


avatar
Norbert

Messages : 6025
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 52
Localisation : alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lee Morgan

Message par parisino le 16.03.11 23:14

Merci Freebird, superbe ta chronique !

Une fois j'avais lu un article sur le malheur des trompettistes de Jazz. Je ne savais pas qu'il avait terminé comme ça.

L'album "The Sidewinder" est un album de Jazz incontournable. Après je ne connais pas le reste reste de sa discographie. En tant que sideman l'album Dippin' de Hank Mobley est excellent.



Parisino jocolor
avatar
parisino

Messages : 5704
Date d'inscription : 31/05/2010
Age : 41
Localisation : Chatenay Malabry

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum