Prairie Wind (2005)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Prairie Wind (2005)

Message par Rising Sun le 16.04.08 14:49

Prairie Wind (2005)



1. The Painter
2. No Wonder
3. Falling Off The Face Of The Earth
4. Far From Home
5. It's A Dream
6. Prairie Wind
7. Here For You
8. This Old Guitar
9. He Was The King
10. When God Made Me

2005... Neil Young est sorti de sa décennie de grâce 1988-1997 où il a enchaîné les grands disques. Sa "période" suivante (ce qui ne veut pas dire grand-chose, mais nous permet de nous repérer, court jusqu'à aujourd'hui, et est plus controversée. Force est de reconnaître que Neil Young a beaucoup perdu avec le décès de David Briggs, producteur de tous ses albums avec Crazy Horse, qui apportait cette chaleur aux albums, qui pouvait laisser passer une faute technique mais pas un manque de feeling. Et de son côté, le loner a sans doute montré une exigence moindre lors des enregistrements, ce qui a donné plusieurs disques qui auraient gagné, souvent beaucoup, à être plus aboutis (BROKEN ARROW, YEAR OF THE HORSE, GREENDALE, LIVING WITH WAR...).

De point de vue, deux albums parmi les plus récents sortent du lot, ARE YOU PASSIONATE pourtant décrié (mais à mon sens très largement sous-estimé), et PRAIRIE WIND qui nous intéresse ici.
Le contexte qui domine ici est celui du décès récent de Scott Young, le père de notre homme. Un contexte omniprésent. L'album est paisible dans l'ensemble, une manière d'au - revoir... All Things Must Pass...

Nous sommes en terrain connu, avec l'éternel Ben Keith à la steel et Spooner Oldham à l'orgue, dont on constatera que l'apport ici est absolument énorme. L'inspiration de ces deux derniers est en effet au sommet, et ils tirent tout l'album vers le haut. La section rythmique est assurée par Rick Rosas à la basse et Chad Cromwell à la batterie (deux des Bluenotes de THIS NOTE'S FOR YOU, que l'on retrouve sur FREEDOM, et encore après sur LIVING WITH WAR). Karl Himmel tient aussi la batterie. En guest, Emmylou Harris aux harmonies vocales sur plusieurs titres..

THE PAINTER est une très belle chanson. L'instrumentation est parfaite, la partie de guitare acoustique de Young, superbe, se marie à merveille avec la steel de Ben Keith. Les harmonies vocales du refrain font merveille sur ce morceau à coloration vaguement country. Le vécu d'un homme qui a déjà fait de la route mais ne compte pas s'arrêter : "Il y a une longue route derrière moi - Une autre longue route s'étend devant". "Si tu suivais chaque rêve, tu pourrais t'y perdre". Ca vaut peut-être le coup d'essayer...

NO WONDER. Une merveille, justement. Le meilleur titre de l'album, de mon point de vue. La composition est superbe, et l'arrangement qui en est proposé est irréprochable. Tout est parfait, à commencer par l'orgue de Spooner Oldham et la steel guitar de Ben Keith, inspirés comme jamais. Sur les ponts, les accords de guitare électrique tombent et colorent le morceau d'une intensité supplémentaire, qui fait regretter que Neil Young n'ait pas reconduit cette idée sur davantage de titres. La guitare acoustique nous ramène aux meilleures heures de CSNY ou encore de TONIGHT'S THE NIGHT, au choix. Et les chœurs, avec une première intervention d'Emmylou Harris (avec Pegi, notamment). Un certain nombre d'images évoquées dans cette chanson, allant de souvenirs d'autrefois, à des événements plus récents, ""America The Beautiful", cette vieille chanson du 11 septembre qui continue à me trotter dans la tête" - il allait d'ailleurs la chanter sur l'album suivant. Une autre influence plus surprenante sur ce titre aux racines folk, le gospel dans les choeurs. Une manière de revisiter toute la musique américaine, un aspect des plus intéressants que l'on retrouvera tout au long de l'album.
Le titre se clôt par une partie de violon magnifique signée Clinton Gregory.

FALLING OFF THE FACE OF THE EARTH est un assez bon titre, une jolie chanson d'amour, qui peut être dédiée à Pegi, à son père... Une composition qui ne va pas très loin, il faut le reconnaître. L'instrumentation est magnifique, encore une fois, c'est bien l'ensemble guitare acoustique - steel guitar - orgue qui fait tenir debout la chanson. Mais de belle manière. Un propos simple, mais touchant par sa sincérité.

FAR FROM HOME est, de manière plus explicite, une évocation de souvenirs de famille, lors des fêtes où l'on se retrouvait : "Quand j'étais encore en train de grandir et me balançais sur les genoux de mon papa, i prenait une vieille guitare et chantait (...), oncle Bob était au piano, mes cousines chantaient les harmonies (...), cela m'a profondément marqué". Une vie musicale en découle. Une coloration supplémentaire avec les cuivres ici, et l'harmonica de Neil Young en contrepoint. Encore une fois, le point le plus fort de cette chanson est la partie de Ben Keith. Pas un grand titre, encore une fois, mais toujours l'interprétation est toujours superbe.

IT'S A DREAM termine la "face 1", l'album semble en effet conçu comme un vinyle, avec une certaine symétrie de faces. Neil Young est au piano dans cette valse soutenue par un orchestre de cordes, dans un arrangement assez bien vu, encore qu'il aurait gagné à être dans une formation plus réduite : c'eût été mieux senti, je pense, avec un quatuor à cordes. Une guitare acoustique habille le tout, avec encvore Spooner Oldham à l'orgue. La voix est parfaite, à fleur de peau comme sait si bien le faire Neil Young. Encore un titre assez personnel, semble-t-il. "J'essaie d'ignorer ce que disent les journaux, j'essaie de ne pas les lire". "C'est un rêve, seulement un rêve, et il s'efface maintenant que le soleil s'élève"... Et qui est ce vieil homme ? "Un vieil homme marche le long du trottoir, avec des lunettes de soleil et un vieux stetson". Son père ? Lui-même, tel un prolongement du vieil homme qu'était son père et qu'il devient lui-même à son tour... Et nous finissons par passer et nous effacer, tel un rêve alors que naît un jour nouveau.

PRAIRIE WIND entame la "face 2", et est un autre sommet de cet album. Un titre profondément autobiographique sur cet album, décidément résolument un hommage à son père, avec ce vent de prairie qui lui souffle dans la tête, encore et toujours, ce vent de prairie de son enfance qui lui souffle les paroles de son père. Encore une superbe partie de guitare acoustique, un véritable morceau d'école à sa manière... Et l'instrumentation ! Les cuivres et l'orgue se répondent parfaitement. Les chœurs féminins sont très bien sentis, également.

HERE FOR YOU est un titre résolument country, avec une belle intro d'harmonica. Encore une fois, il vaut surtout pour le tandem Oldham - Keith, qui fonctionne à merveille. La composition est ordinaire. Sympa, mais on peut attendre mieux de la part d'un artiste de l'envergure de Neil Young. Assez touchant, encore, malgré tout.

THIS OLD GUITAR
peut présenter un côté assez insupportable pour les fans qui auront tous noté l'auto-plagiat par rapport au riff de HARVEST MOON (notons au passage, et c'est moins connu, que ce dernier était déjà un recyclage d'un motif de LITTLE THING CALLED LOVE, sur TRANS, paru en 1982 !). A mettre en avant, la très belle seconde voix chantée par Emmylou Harris. J'aime beaucoup les paroles de cette chanson, sur cette vieille guitare qui l'accompagne sa vie durant, et qui prendra la route d'un autre après lui, peut-être. Comme l'avait dit une violoniste de mes amis, nous ne faisons que passer dans la vie d'un instrument - j'espère que celui-ci se souviendra de moi. Et je pense au jour où ma Martin acquise pile à la sortie de cet album sera elle-même une vieille guitare... Où serai-je ? Neil Young a cette force de chanter nos vies aussi bien que la sienne.

HE WAS THE KING est un hommage inutile à Elvis, une composition qui ne méritait pas forcément de figurer sur un album de Neil Young. Ben Keith est (encore !!!) gigantesque sur ce titre et lui confère toute son énergie. Pour l'anecdote, cette chanson évoque un peu ce que pouvaient produire les Rolling Stones à leur meilleure époque dans les morceaux acoustiques country-folk (la qualité d'écriture en moins cette fois, malheureusement).

WHEN GOD MADE ME clôture l'album de belle manière, Neil est de nouveau au piano. L'influence gospel se fait à nouveau entendre dans les chœurs, dans le texte aussi, peut-être. Une belle réponse au 11 septembre, à sa manière, beaucoup plus subtile que ce qu'il donnera dans l'album suivant. "A-t-il pensé à mon pays ou à la couleur de ma peau, a-t-il pensé à ma religion (...) quand Dieu m'a créé ?" Une belle façon d'envisager nos différences pour mieux aller au-delà.
"S'est-il occupé des croyants uniquement, de ceux qui avaient la foi ? Avait-il envisagé toutes les guerres qui allaient être commises en son nom ? A-t-il pensé qu'il y avait seulement une façon d'être près de lui ?" Sans commentaire. Le propos est puissant, pas besoin d'en rajouter. Ce n'est pas Dieu qui fait la guerre, ce sont les hommes dans leur imperfection.
"M'a-t-il donné la parole pour que d'autres me réduisent au silence ? M'a-t-il donné la vue sans savoir ce que je pourrais voir ? M'a-t-il donné le don de compassion pour aider mon prochain, quand Dieu m'a créé ?" Autant de phrases, superbement enchaînées, que l'on peut longuement méditer, sans que leur auteur tombe jamais dans le prosélytisme. Neil Young nous invite à la réflexion sans jamais nous dire ce que nous devons penser. Le libre arbitre nous reste. "I can't think for yourself, You'll have to decide" chantait déjà Bob Dylan en 1964 dans WITH GOD ON YOUR SIDE. C'est toujours le cas ici, avec une certaine similitude dans le moyen pour faire passer le propos...

PRAIRIE WIND est un très bel album. Superbement produit. Un des grands disques de 2005.


Dernière édition par Rising Sun le 25.04.08 15:31, édité 1 fois
avatar
Rising Sun

Messages : 100
Date d'inscription : 16/04/2008
Age : 50
Localisation : Maine-Et-Loire

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/bertrandcanselier

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prairie Wind (2005)

Message par Electric Thing le 16.04.08 17:16

The Painter : mignon mais sans plus. On est effectivement dans le monde de Neil...

No Wonder est comme l'a dit Ayler très CSN&Y (en tout cas sur l'intro) après ça part dans un truc plus étrange (entre l'opéra et la fête médiévale) !!!! La batterie joue au tambour, on se demande si on ne part pas à la guerre (mais contre qui ?)

Falling Off The Face Of The Earth : inutile... et chiant... à moins que je ne sois passé à côté... scratch

Far From Home : joué par les Stones je suis sûr qu'ils te l'auraient fait péter ce titre. Là c'est un peu mou et c'est bête car le truc a du potentiel. C'est bien gras, bien roots, pas nouveau mais tellement bon ! Wink (le premier titre que je trouve potable... ouf au moins un ! )

It's A Dream : Intro piano très Neil. Mélodie très Neil, voix de Neil (un petit coup de vieux sa voix !!!)...
C'est doux, calme, planant, porté par des maps de violons, mais on se demande juste où cela nous mène... It's a dream, only a dream... ah bon alors c'est rassurant... (le rêve dure quand même 6'30 Neutral ...)

Prairie Wind : ah voilà la bête !!!! La voix a du mal, et le titre a un petit quelque chose de Back Home du dernier Clapton... (les chœurs certainement...)
C'est pas mauvais. A réécouter à mon avis plus en profondeur (mais la voix est vraiment criarde c'est un peu con). Et ça traine en longueur un peu trop ! (7'20) Neutral

Here For You : Chiant ! (ou bombe à retardement clown )

This Old Guitar : Très country surtout au début... c'est pas désagréable juste longuet et sans vraiment d'enthousiasme... On reste sur sa faim, il manque le truc de ouf, ou l'époque qui va avec...

He was The King : morceau au titre évocateur !
Non c'est sympa. Le morceau a la pêche... mais là encore les Stones l'auraient explosé là où Young ne fait que taquiner le diable ! (ça fait 2... seulement 2 titres Neutral )

When God Made Me : limite chant d'église... C'est doux, voire chiant (d'église), en tout cas inutile (si, pour finir un album assez court)... Amen !


Bref, 2 titres sympas qui bougent, 4 titres lents pas mauvais mais qui ne décollent pas plus que ça... et le reste... scratch
Vives les vieux Neil Young... I love you
avatar
Electric Thing

Messages : 2628
Date d'inscription : 15/04/2008
Age : 46
Localisation : Légèrement à gauche de Saturne !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prairie Wind (2005)

Message par eddie le 12.05.08 11:29

Je serais plutôt de l'avis de Rising Sun... Mais bon, j'aime aussi des disques comme "Are you passionate" ou "Silver & gold"... Le DVD qui a suivi "Prairie wind", "Heart of gold", est splendide.
Neil Young reste une référence.
avatar
eddie

Messages : 744
Date d'inscription : 15/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prairie Wind (2005)

Message par Garbage Man le 22.03.12 20:24

Un album que j'ai réécouté aujourd'hui et que j'aime beaucoup en définitif. Je le vois un peu comme un Comes a Times bis mais avec une ambiance un peu moins légère. Par contre il est vrai que par moment il frise l'autoplagiat. L'intro de No wonder a d'étranges similitudes avec Find the cost of freedom de CSN&Y.



avatar
Garbage Man

Messages : 1301
Date d'inscription : 23/12/2008
Age : 29
Localisation : 94

Voir le profil de l'utilisateur http://bluesyrootsandfruits.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prairie Wind (2005)

Message par Michel le 22.03.12 21:22

Moi j'aime beaucoup l'ambiance générale, un de mes préférés de la période "récente"
avatar
Michel

Messages : 628
Date d'inscription : 25/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://rock-music.weshforum.com,http://mick.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prairie Wind (2005)

Message par Blueleader le 22.03.12 22:28

Michel a écrit:Moi j'aime beaucoup l'ambiance générale, un de mes préférés de la période "récente"

+1..
avatar
Blueleader

Messages : 7793
Date d'inscription : 24/02/2010
Age : 54
Localisation : entre mulhouse et belfort

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prairie Wind (2005)

Message par Wu wei le 22.03.12 22:47

blueleader a écrit:
Michel a écrit:Moi j'aime beaucoup l'ambiance générale, un de mes préférés de la période "récente"

+1..

+ 1 (je peux pas ne pas chantonner prairie wind pendant deux trois jours, ou penser aux bisons sur la prairie ou à un elvis délirant... )
avatar
Wu wei

Messages : 4680
Date d'inscription : 04/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prairie Wind (2005)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum